Saviez-vous que le chauffeur de camion moyen parcourt 130 000 km par an ? Tous les jours, environ 5 millions de routiers parcourent les routes en Europe pour livrer et charger des marchandises. Mais pour la plupart, l’expérience n’est pas toujours des plus agréables. Comment améliorer la situation ?

1. Réduisez les temps d’attente

Saviez-vous que les camions sont à l’arrêt près de la moitié du temps ? Après les embouteillages, le chauffeur passe au guichet pour s’enregistrer pour le chargement ou le déchargement. Évidemment, des dizaines d’autres chauffeurs sont en train d’attendre jusqu’à ce que toutes les tâches administratives aient été effectuées. Ensuite, il doit attendre son tour pour pouvoir accéder au portail de l’entrepôt. Une fois arrivé au portail, cela peut parfois prendre une heure avant qu’il puisse se remettre au travail.

Une étude démontre que 63 % des chauffeurs doivent attendre en moyenne de trois à quatre heures avant que le chargement ou le déchargement ne puisse commencer aux quais. 9 % d’entre eux indiquent même devoir très fréquemment attendre cinq heures, voire plus.

Une raison importante de la complexité de la planification réside dans le fait qu’il est difficile pour les équipes du dispatching et du planning de savoir quels camions sont arrivés, qui est à l’heure, qui est en retard, qui doit être admis en priorité sur le site, etc. Ce processus peut se dérouler de façon plus intelligente et efficace en tirant parti de la communication mobile, des informations en temps réel concernant les camions présents et à l’aide d’un dispatching simplifié, de la navigation connectée, d’un planning tactique et opérationnel optimisé grâce à des informations plus précises fournies par les données et à une attribution dynamique des quais.

2. Faites passer les chauffeurs et les camions de façon intelligente et réduisez la charge de travail

En augmentant la fiabilité du “truck turn time” (durée de rotation des camions sur site), il est possible d’utiliser de 10 à 20 % de camions et de chauffeurs en moins et d’accroître la productivité des centres de distribution.

Cela signifie-t-il que les chauffeurs se retrouveront sans travail ? Pas du tout. Selon les prévisions, environ 40 % des chauffeurs de camion européens partiront à la pension d’ici 10 à 15 ans. Conséquence : une pénurie de 150 000 chauffeurs. La Grande-Bretagne prévoit même une pénurie de 52 000 chauffeurs dans les deux années à venir. Si une telle pénurie de capacité de transport venait à se concrétiser, de nombreux rayons risqueraient de se retrouver vides dans les entrepôts et l’impact sur la production industrielle serait considérable. Les entreprises logistiques et industrielles ont donc tout à gagner à employer les chauffeurs de la façon la plus efficace possible.


3. Simplifiez l’enregistrement

La cabine d’un camion ressemble souvent à s’y méprendre à un bureau administratif roulant. Des montagnes de papier s’y amoncellent : des piles de documents de transport (CMR) qui peuvent atteindre 5 cm d’épaisseur. Un chauffeur passe une grande partie de son temps à remplir des documents, à s’enregistrer, etc. Des démarches qui ne se déroulent pas toujours sans heurts, car les intervenants ne se comprennent pas. C’est le syndrome “Lost in Translation”. Il se peut aussi, tout simplement, que les employés d’un guichet d’enregistrement ne disposent pas de toutes les informations permettant d’évaluer si un transport est arrivé à l’heure, s’il est en retard ou s’il y a tout simplement une erreur. Ces opérations peuvent être simplifiées : grâce à Peripass, un chauffeur peut s’enregistrer à l’aide du numéro de bon de commande du chargement, dans sa langue. Par la suite, la communication s’effectue dans la langue du chauffeur. Chaque chauffeur reçoit un SMS contenant un code d’accès personnalisé et des instructions lui permettant de se rendre au portail adéquat.

4. Une signalisation claire

Lorsque l’on passe toute sa journée sur la route, une signalisation claire peut faire la différence entre une humeur maussade et un sourire radieux. Tout commence avant même que les chauffeurs n’arrivent sur le site : veillez à ce qu’ils trouvent facilement le chemin pour accéder à votre entreprise et une fois sur site, fournissez-leur des instructions simples pour qu’ils parviennent jusqu’au bon emplacement. Indiquez clairement l’emplacement du parking d’attente ou du point d’enregistrement. Tirez parti de la signalisation numérique pour mener un chauffeur jusqu’au bon portail. Pour ce faire, vous pouvez par exemple utiliser des écrans LED dynamiques qui indiquent à chaque camion où il doit tourner à gauche ou à droite dans votre site d’entreprise.


5. Allégez le processus administratif

Veillez à ce que le processus administratif coïncide le mieux possible avec les flux effectifs sur le site. Vous évitez ainsi que les chauffeurs ne doivent d’abord s’enregistrer, soient ensuite renvoyés vers un portail et doivent ensuite revenir pour finaliser la paperasserie. Autant d’étapes évitables ou qui peuvent être fortement réduites.


6. Simplifiez les procédures de sécurité


La réglementation en matière de sécurité diffère d’une entreprise à l’autre. Elles sont souvent affichées à l’entrée et personne n’y prête vraiment attention, un peu comme les nombreuses instructions de sécurité données dans un avion. Veillez à ce que le chauffeur ait bien compris toutes les règles en vous adressant à lui dans sa langue. Un fournisseur doit venir plusieurs fois par semaine sur votre site d’entreprise ? Déterminez dans ce cas un délai de validité s’il réussit le test de sécurité. Il ne devra dès lors plus passer le test qu’une fois tous les trois mois, par exemple.

Professional Truck Driver Appreciation Week
L’événement européen “Professional Truck Driver Appreciation Week” se déroulera du 10 au 16 novembre. Cet événement a été créé en l’honneur des professionnels du secteur qui travaillent au quotidien pour livrer des marchandises et pour les soutenir.

Plus de blogs sur le thème